Nous partageons les convictions de M. Pascal BALMAND, Secrétaire Général de l'Enseignement Catholique :
Les propositions partent des enfants et des jeunes, dans leur diversité croissante, et privilégient pédagogie et formation, en appelant principalement à l’assouplissement et au décloisonnement des parcours. « Pour servir la croissance des jeunes, l’école s’appuie sur des adultes responsables, acteurs d’une relation éducative confiante et bienveillante, capables à la fois d’exigence et d’audace ».
La communauté éducative où grandit l’élève se situe donc au cœur de l’organisation du système éducatif ; voilà pourquoi l’Enseignement catholique en appelle à une autonomie des établissements, à une organisation du système éducatif moins centralisée, à « un passage à la culture du contrat, plutôt qu’une culture de la circulaire » : elle permet que le projet de l’établissement se développe de manière autonome tout en se référant à des objectifs partagés avec la puissance publique.
Comment prendre mieux en compte les besoins scolaires réels, et y répondre pour de nombreuses familles, et pour les attentes des territoires concernés ? Offre plus adaptée aux élèves, mixité sociale et scolaire, présence scolaire renforcée dans les périphéries marginalisées, dans les zones urbaines ultra denses ou les zones rurales délaissées...
Une conviction profonde  : l’égalité véritable exige la diversification ; le commun se fonde sur le pluriel. « Parce que chaque élève est unique, l’acquisition d’un socle commun passe nécessairement par la différenciation », et « la diversité scolaire, sans uniformité contraignante, permet d’atteindre les objectifs d’un commun partagé ».
Un plaidoyer pour la diversité scolaire, donc, et pour un système scolaire empreint de pluralisme. « Le pluralisme scolaire n’est pas une option idéologique, c’est le choix d’une méthode, avec une culture de la liberté et une pratique développée de la subsidiarité ».

 

L'équipe pédagogique de l'école Marie Rivier est mobilisée autour d'un projet éducatif au sein duquel rayonne le respect de l'enfant dans toutes ses dimensions...

 

  • Accueillir chaque enfant sans discrimination et dans le respect des consciences.
  • Permettre à chaque enfant de se sentir connu, reconnu, entendu, compris.
  •  Amener chacun à la réussite :
    - en proposant des pédagogies différenciées
    - en prenant en compte et en valorisant les compétences de chacun
  • Contribuer à la découverte et au développement de sa personnalité :
    - en favorisant l'acquisition progressive de l'autonomie et la prise de responsabilité
    - en suscitant l'éveil et l'épanouissement intellectuel, physique et intérieur
    - en proposant de découvrir un cheminement spirituel
  • Ouvrir l'élève sur le monde qui l'entoure et sur l'Autre :
    - en favorisant les échanges et les rencontres
    - en le sensibilisant à la notion d'acceptation et de respect des différences.

 

« Il appartient à chaque chef d'établissement d'anticiper l'école de demain, de ne pas se contenter d'appliquer des réformes mais de créer pour apporter des réponses adaptées sans oublier que seul celui qui aime est capable d'éduquer. Notre devoir est d'accompagner l'enfant le plus démuni. »

(Jean-Marie Forestier, directeur diocésain de l'Enseignement Catholique, 1994-2004)

 

 

Le chef d'établissement, les enseignants, les parents (A.P.E.L.), les gestionnaires (O.G.E.C.), le prêtre du village (M. l'Abbé André Rouzeyre), ont défini ainsi le caractère propre de notre établissement : une école au service des jeunes et de la vie...

 

« L'école catholique n'est pas neutre, elle se veut au service de l'Homme : école de la Liberté, c'est à dire ouverte aux perspectives du libre débat qui éduque la réflexion, le discernement et le libre choix. »

(Thérèse Vayssier, conseillère pédagogique du diocèse de Mende)

NOS CONVICTIONS

 

NOS CONVICTIONS SONT CELLES DU PAPE JEAN FRANÇOIS